Automne, here we come

Bonjour les filles ! J’espère que vous avez un moral d’acier et une santé de fer, car voilà l’automne dans toute sa puissance. Temps gris, rafales de vent, feuilles qui tombent… mais l’automne c’est aussi pleins de couleurs ! Des rouges, des verts, des prunes, des oranges ! Et c’est sur ce point positif que nous allons nous concentrer (parce qu’on est des filles super optimistes et qu’on voit la vie du bon côté, ouais ouais).
Je vous présente un joli verni Kiko, que j’ai acheté sans l’avoir regardé, rapidement casé dans ma vernithèque, et cruellement oublié. Mais en ce jour d’automne, alors que je recherche des couleurs chatoyantes, il a tout de suite attiré mon oeil aiguisé de NPA à la conquête de nouvelles couleurs et textures ! Son nom : 245. C’est un joli prune-pourpre, aux beaux reflets cuivrés-oranges-dorés-jaunes-verts. Ok j’avoue, j’ai beaucoup de mal à décrire cette couleur. Dans son flacon il me fait penser au Valérie de chez Zoya (sur lequel je bave depuis des mois, forcément). Mais sur les ongles… pas du tout ! On ne voit quasiment plus ses petites paillettes, et il devient très sombre. Autre détail surprenant, son fini un peu jelly, auquel on ne s’attend pas du tout quand on l’observe à travers le verre ! Bon, une fois bien sec, il terni, mais avec une bonne couche de top coat, on retrouve un violet foncé jelly, aux reflets cuivrés (super difficiles à capturer en images, surtout sans soleil). J’ai donc un avis très mitigé sur ce verni mystérieux, qui compile bonne surprise et déception, tout en restant indescriptible, ce qui est, il faut l’avouer, plutôt frustrant. Je vous laisse juger.

Pour faire ressortir le côté cuivré du 245 (même si là, c’est pas flagrant), j’ai voulu lui stamper Penny Talk. Mais voilà, ma plaque Konad aux motifs intégraux s’avère être une grosse zouille ! Les gravures ne sont décidément pas assez creuses, donc, quand je passe le scraper,  le verni se fait la malle. En attendant d’investir dans les plaques Bundle Monster, je suis condamnée à la manucure au scotch. Après avoir fait et refait les triangles et chevrons, j’ai envie d’éclairs ! Mais les classiques éclairs en french, ce jour là, ça ne me branchait pas. Je me suis donc rappelée de cet article de Pshiiit, et me suis lancée dans des éclairs cuivrés métalliques très couvrant ! Voilà ce que ça donne !

Les éclairs, j’en suis plutôt satisfaite, mais le verni en dessous, après plusieurs couches de top coat, c’est une petite déception. Il devient très difficile de déterminer sa couleur, et l’absence de soleil a fait disparaître tout ses petits reflets qui me plaisaient tant. Mais je ne baisse pas les bras ! Je compte vous le présenter dans quelques temps sur une manucure qui saura le mettre en valeur, car, j’en suis certaine, ce verni timide est en fait une petite merveille… affaire à suivre.

J’ai sorti mon joli pull

Coucou les filles ! Brrr il fait froid par ici, pas chez vous ? En tout cas en Dordogne on sort nos pulls. Et pour ma part, je sors LE pull ! Celui que vous avez vu sur ma whishlist. Je bavais devant depuis un bon moment, et la vague de froid survenue ces derniers temps était l’excuse parfaite pour céder à la tentation. J’en suis complètement amoureuse, contrairement à mes camarades masculins qui le qualifient de « vieux pull de vieille ». Mais qu’importe, il est doux, il est chaud, il est fluo, il a un p’tit côté péruvien, bref, je l’aime. Forcément, l’idée du nail-art associé m’est tout de suite venue en tête. Ni une, ni deux, à peine mon gros pull enfilé, je me peinturlurais les ongles dans des tons assortis. Voilà ce que ça a donné.

En plus, entre mon coup de foudre pour ce pull, et la réalisation de ce nail-art, je me suis aperçue que notre Pshiiit nationale, la reine de l’acétone et des paillettes, avait le même ! C’est trop fifou !

Associer un nail-art à un vêtement c’est bien gentil, mais quand on ne porte pas le vêtement en question ça peut faire étrange. En l’occurrence  ces ongles sans le pull je trouve ça très moyen, mais l’assortiment à fait son effet ! J’ai utilisé le Kiko holographique doré en base, quant aux chevrons, ils sont réalisés grâce au Licorice d’Essie, et la touche fluo est apportée par les néons LM Cosmétic que je vous présentais en splatter il y a quelques mois.

Has been nails !

Salut les filles ! Je vais tenter aujourd’hui, sous vos yeux ébahis, de briser les codes de la mode, afin de mettre un peu de lumière dans cette journée grisâtre. Avant l’été j’ai acheté pleins de vernis aux teintes ensoleillées : pêche, abricot, corail, mint et doré de toutes marques ont envahi les étagères de ma vernithèque. Oui mais voilà, cet été j’ai dû mettre de côté la manucure pour m’occuper d’ados râleurs et boutonneux. A mon retour le soleil s’était fait la malle, les gens portaient leurs vieux pulls, les passants dépliaient leurs parapluies, on disait bye bye aux vernis flashy et bonjour aux teintes automnales. Bon, forcément à ce moment là j’ai hurlé intérieurement « Naaaaaaaaaaan ! Mode de l’été, attend moi ! » mais ça n’a pas suffit. Ma vernithèque était devenue complètement has-been. Bah ouais, le temps que je rentre d’Auvergne la mode était au nude, et je n’avais pas encore essayé mes néons… vous voyez un peu le décalage. Et puis hier je me suis dit : FLÛTE ! J’ENCROTTE LA MODE ! (Z’avez vu comme je suis polie) J’ai envie de mettre un T-shirt coloré, ma cocotte dorée, et d’assortir un verni à tout ça dans des tons lumineux !!! Aussitôt dit, aussitôt fait. J’applique le Kiko Light Peach en base, je tamponne un peu de Kiko holo doré (si c’était l’été pour de vrai vous auriez vu ses superbes reflets), je stampe, je restampe. Et mon élan verniesque s’arrête après une couche de RapyDry. J’arbore donc des ongles pêches. OUI ce n’est pas une teinte de saison, et OUI c’était la mode de l’été 2012 et « On est plou en été 2012 ma chéwiie tou peux pas porter ça ! », mais voilà… moi la mode, je ne l’ai jamais vraiment suivie. C’est bien, ça donne des idées, et on est forcément un peu influencé vu qu’on nous bombarde de publicités toutes plus alléchantes les unes que les autres. Mais franchement, si vous portez du néon en novembre, et du noir en juillet, ça me fera beaucoup moins hurler que si vous portez un ensemble zébré moulant juste parce que c’est la mode du zébré ! Trêve de blabla, voilà le résultat, totalement abstrait, je vous l’accorde.

Maintenant venons-en aux choses sérieuses ! Vous l’aurez remarqué, la guest-star de cet article c’est… ma cocotte dorée ! Et là vous faites « Wahou, mais d’où vient-elle ? » et c’est là que j’me la pète à mort en vous disant « C’est Emilie qui m’la faiiiiiiiiite ! » Emilie c’est une chouette fille qui fait  et vend des bijoux trop jolis ! Elle a un blog, une page facebook, un profil Hellocoton, une boutique Dawanda, et une boutique A Little Market. Courrez voir ses créations, vous craquerez forcément pour l’une d’elles (je vous en présenterai d’autres dans les prochains articles). Sur cette suggestion je vous laisse profiter de cette fin de jeudi gris en écoutant cette jolie chanson !

Une galaxie au bout des doigts

Bonjour les filles !  J’espère que vous avez la forme malgré le temps un peu pourrave qui terni nos vernis. Pour ma part, j’ai profité d’une apparition furtive du soleil pour claquer quelques photos de mes ongles (oui, « claquer de la photo » c’est une expression qu’utilise mon papa, donc je sais pas si ça se dit mais j’le dis). Depuis un bon moment je voulais tenter un nail-art intergalactique. Pour le réaliser, j’ai appliqué deux couches du Dive Bar d’Essie, sauf sur l’annulaire ou j’ai opté pour l’Ozotic 505 histoire d’apporter un petit côté magique, puis j’ai tamponné un peu de Kiko holo bleu et de Nail Inc. Sloane Square par ci par là à l’aide d’une mousse. Sur mon annulaire, j’ai tamponné le Sloane Square en dégradé (ce verni me rend complètement folle). J’ai ensuite ajouté quelques points blancs à l’aide d’un dooting tool très fin, et PIF PAF POUF me voilà avec une galaxie au bout des doigts ! On ne voit pas bien le Dive Bar, c’est un bleu-vert pétrole très foncé, qui rend presque noir sur les photos. Vous l’aurez compris, rien de très compliqué, et comme dirait mon papa « A l’ombre ça fait foncé, mais à la lumière ça fait un bel effet ! » Merci Papa.

Recyclage ongulaire

Salut les filles ! Aujourd’hui je vous présente une astuce de NPA qui me fait gagner énormément de temps en ce moment : recycler mes manucures ! Je m’explique. Il nous arrive à toutes de traverser des périodes où on a pas trop de temps à consacrer au verni : le mariage du frangin, le déménagement de maman, le départ en colo, la rentrée, ou autres évènements qui laissent peu de temps pour soi. En ce moment je manque cruellement de temps, et j’applique mon verni simplement, sans nail-art, juste avec une base et un top coat (oui je sais, ma vie est difficile). Autre détail encore plus sordide : ma vernithèque est à plusieurs centaines de kilomètres de moi, et ce pendant encore quelques semaines. J’ai donc emporté le matos minimum pour poser mon verni proprement : repousse cuticules, pinceaux de nettoyage, et c’est tout. Oui mais voilà, au bout de quelques jours le verni s’écaille en bout d’ongle, et ça donne ça :

Le verni qui se fait la malle, je déteste ça ! C’est moche, les bords libres ne sont plus protégés, et ils deviennent vulnérables aux attaques environnementales (car il est bien connu que notre environnement fait tout, absolument tout, pour ruiner nos manucures, n’est-ce pas ?).
Problème : je n’ai absolument pas le temps de me plonger dans le dissolvant et autre rituel de NPA, car les filles, ne le cachons pas, choisir son verni, se faire les ongles correctement, nettoyer le tout, et admirer nos doigts, ça nous prend trois plombes. Que faire ? Repasser le bout d’ongle avec ledit verni ? N’essayez même pas, c’est pire que tout ! Tout enlever et laisser mes ongles nus ? Non mais ça va pas !!! Complètement nus ils se casseraient. Si j’enlève mon verni, ça m’oblige à tout nettoyer soigneusement et appliquer une couche de base… et on ne s’en sort plus.
Et bien les filles, j’ai une solution, elle se résume en un mot : triangle ! Et oui, tout est dans le triangle ! Démonstration en images :

La méthode du recyclage triangle consiste à faire des triangles en bout d’ongle, au scotch ou à main levée. Les miens sont faits à main levée, dans ce cas il est indispensable d’utiliser un verni dont le pinceau ne soit pas arrondi (autrement dit, on met de côté Essie et son pinceau topissime, on ne veut pas de lui cette fois ci), ou un pinceau plat acheté au rayon loisir créatif (pour les inconditionnelles d’Essie), l’idéal étant les vernis aux pinceaux biseauté (comme certains Bourjois). On trace une diagonale, puis l’autre, on homogénéise les traces de pinceau, et le tour est joué ! Préférez la technique du scotch si vous en avez sous la main et que vous êtes un peu moins pressée que moi. Ainsi, le verni écaillé est repris, et votre manucure a droit à une seconde vie. Avec pas ou peu de matériel, et en moins de 10 minutes, votre manucure agonisante est transformée en nail-art fun, branché, et je dirais même Pshiiitesque !

Voilà les filles, vous connaissez mon secret : la semaine je porte un beau verni, le week-end j’ai un nail-art triangle. J’économise du temps, du verni, et on me dit quand même « Waaaahou ! Ils sont trop biens tes ongles !!! ». Voici deux exemples de recyclage de vernis Kiko à l’aide d’autres vernis Kiko : 255 + 203 et  401+ 300.

Et pour celles qui ont un peu plus de temps, on peut varier les plaisirs :