Calirfornia dreamin

Aujourd’hui je vous présente une tentative de dégradé à l’éponge, qui m’a été inspiré par le beau soleil de milieu de semaine, ainsi que l’affluence de ce style de nail-art sur la blogo. C’est en voyant celui de Pshiiit que je me suis enfin décidée. Béh oui, c’est pas que j’suis un mouton, mais à force de voir et revoir les mêmes choses un peu partout, on a envie de les essayer. On peut donc imaginer qu’un jour, je tenterai le corail et les triangles… affaire à suivre.

Ces deux petits vernis sans nom viennent d’un pack make-up que j’ai trouvé chez Douglas l’an dernier. Il comprenait 4 vernis, 4 rouges à lèvres, 4 assortiments de 4 ombres à paupières (oui oui, 16 ombres), et 4 blush, le tout pour 7€ (méga promo de 75% sur un lot déjà à bas prix).

Le rapport qualité prix est assez intéressant : Séchage rapide, pinceau agréable, bonne résistance aux chocs, mais une opacité proche de 0. Même après 3 couches, la lumière passe au travers. Pas de panique, cette transparence peut être un avantage pour certaines techniques, donc why not ?

Dès le premier coup de pinceau, je leur ai trouvé des noms (bah oui les p’tits noms, c’est quand même plus sympa).

Le joli rouge rosé-violacé digne d’un maillot de bain de pin-up américaine, c’est California Love. La couleur ne ressort pas bien sur les photos, mais en vrai il déchire sa maman.

Le petit carmin, quant à lui, c’est Shut Up Carmen. Oui, carmin, Carmen… on n’est pas loin, et pour avoir étudié dans un amphi juste derrière le Grand Théâtre de Bordeaux, je peux vous dire que parfois, les chanteuses d’opéra, on a envie de leur dire de… enfin vous m’avez comprise.

Je ne suis pas super fière de ce nail-art. Le dégradé est irrégulier, le blanc est de trop, le rendu fait un peu « NA pas fini »… bref, je ne suis pas convaincue. Cependant, j’aime beaucoup l’idée de dégrader ces deux vernis. On ne voit pas bien le California Love sur mes ongles, mais je vous assure que son petit côté irisé à côté du laqué du Shut Up Carmen, c’était trocoule. Je réitérerai l’expérience, mais sans ce blanc tout pourri.

J’ai tout de même gardé ce dégradé pour la foire de Bordeaux, ce qui m’a valu quelques réactions intéressantes que je vous détaillerai dans le prochain article, consacré à mon périple à la foire pour admirer les créations de Tartofraises.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Calirfornia dreamin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s