Recyclage ongulaire

Salut les filles ! Aujourd’hui je vous présente une astuce de NPA qui me fait gagner énormément de temps en ce moment : recycler mes manucures ! Je m’explique. Il nous arrive à toutes de traverser des périodes où on a pas trop de temps à consacrer au verni : le mariage du frangin, le déménagement de maman, le départ en colo, la rentrée, ou autres évènements qui laissent peu de temps pour soi. En ce moment je manque cruellement de temps, et j’applique mon verni simplement, sans nail-art, juste avec une base et un top coat (oui je sais, ma vie est difficile). Autre détail encore plus sordide : ma vernithèque est à plusieurs centaines de kilomètres de moi, et ce pendant encore quelques semaines. J’ai donc emporté le matos minimum pour poser mon verni proprement : repousse cuticules, pinceaux de nettoyage, et c’est tout. Oui mais voilà, au bout de quelques jours le verni s’écaille en bout d’ongle, et ça donne ça :

Le verni qui se fait la malle, je déteste ça ! C’est moche, les bords libres ne sont plus protégés, et ils deviennent vulnérables aux attaques environnementales (car il est bien connu que notre environnement fait tout, absolument tout, pour ruiner nos manucures, n’est-ce pas ?).
Problème : je n’ai absolument pas le temps de me plonger dans le dissolvant et autre rituel de NPA, car les filles, ne le cachons pas, choisir son verni, se faire les ongles correctement, nettoyer le tout, et admirer nos doigts, ça nous prend trois plombes. Que faire ? Repasser le bout d’ongle avec ledit verni ? N’essayez même pas, c’est pire que tout ! Tout enlever et laisser mes ongles nus ? Non mais ça va pas !!! Complètement nus ils se casseraient. Si j’enlève mon verni, ça m’oblige à tout nettoyer soigneusement et appliquer une couche de base… et on ne s’en sort plus.
Et bien les filles, j’ai une solution, elle se résume en un mot : triangle ! Et oui, tout est dans le triangle ! Démonstration en images :

La méthode du recyclage triangle consiste à faire des triangles en bout d’ongle, au scotch ou à main levée. Les miens sont faits à main levée, dans ce cas il est indispensable d’utiliser un verni dont le pinceau ne soit pas arrondi (autrement dit, on met de côté Essie et son pinceau topissime, on ne veut pas de lui cette fois ci), ou un pinceau plat acheté au rayon loisir créatif (pour les inconditionnelles d’Essie), l’idéal étant les vernis aux pinceaux biseauté (comme certains Bourjois). On trace une diagonale, puis l’autre, on homogénéise les traces de pinceau, et le tour est joué ! Préférez la technique du scotch si vous en avez sous la main et que vous êtes un peu moins pressée que moi. Ainsi, le verni écaillé est repris, et votre manucure a droit à une seconde vie. Avec pas ou peu de matériel, et en moins de 10 minutes, votre manucure agonisante est transformée en nail-art fun, branché, et je dirais même Pshiiitesque !

Voilà les filles, vous connaissez mon secret : la semaine je porte un beau verni, le week-end j’ai un nail-art triangle. J’économise du temps, du verni, et on me dit quand même « Waaaahou ! Ils sont trop biens tes ongles !!! ». Voici deux exemples de recyclage de vernis Kiko à l’aide d’autres vernis Kiko : 255 + 203 et  401+ 300.

Et pour celles qui ont un peu plus de temps, on peut varier les plaisirs :

Liste de courses et tuto brico pour faire sa vernithèque

Aujourd’hui, je vous donne tous les détails pour réaliser votre vernithèque de NPA, mais attention, y’a du lourd (article méga-supra long).

Pour ce meuble, j’avais quelques impératifs : pas de fixation murale, pas de vernis au sol, petite profondeur, contenance entre 150-200 vernis. Ma vernithèque est donc un sur-meuble, mesurant 1m de haut sur 50cm de large. Pour la réaliser j’ai utilisé du matériel qu’on n’a pas forcément chez soi (une perceuse et un chéri trop gentil, en l’occurrence). C’est pourquoi je vous propose deux façons de monter votre vernithèque : une qui requiert une perceuse et un minimum de qualités manuelles, et une plus rapide ne demandant pas de grand talent de bricoleuse.

J’ai pris tout mon matériel chez Leroy Merlin, mais je pense qu’on peut trouver un équivalant moins coûteux chez Brico Dépot. Pour vous simplifier la vie, je vous ai fait la liste du matériel sous forme de liste de course, pour la télécharger : « clique droit » puis « enregistrer l’image sous ». Vous n’avez plus qu’à vous rendre dans le magasin de bricolage le plus proche de chez vous, avec cette liste en main.

Avec le foret 3, percez les pré-trous.

Pour les planches des côtés : commencez par ceux des extrémités (à 9mm du bord) et faites ensuite un pré-trou tous les 14cm, à 3cm du bord, comme sur l’image ci-dessous.

Pour les étagères, le haut et le bas : faites 2 pré-trous sur chaque côté de chaque planche de 50cm de long.

Avec le foret 8, faites le pré-trou de la tête de vis (pour qu’il n’y ai pas de relief une fois le meuble monté). Voilà ce que ça donne.

On ponce joyeusement toutes les faces des planches, ainsi que les chutes qui serviront de gradins, avec le plus gros grain (500). Puis on enlève les poussières avec un chiffon humide (les microfibres sont mes amies).

Avec le petit rouleau, on peint les planches dans le sens du bois, ainsi que le fond2 faces des gradins (face + côté) et 2 faces des 1/4 de rond (face + arrondi), tout en suivant les consignes de séchage spécifiques à la peinture choisie. Entre deux couches, une fois la peinture sèche, on ponce les planches au grain le pus fin (800) afin d’éliminer les éventuelles aspérités.

On commence par visser le haut et le bas à un des côtés, puis on y visse les étagères, et enfin l’autre côté. Et on se dit « Houlala ça prend forme ! »

On clou ensuite le fond (on peut également le coller ou le visser).
On colle les cinq 1/4 de ronds sur le rebord des étagères. J’ai choisi de les placer sur les étagères du haut, qui accueilleront les vernis. Celles du bas me serviront à ranger le matériel, le « rebord de sécurité » n’est donc pas nécessaire.
On place les quatre gradins au font des étagères de son choix. Je n’ai pas collé les miens car je songe à ajouter d’autres gradins, plus hauts. Pour les réaliser, j’utiliserai des tasseaux. Je vous tiendrais au courant si ça se fait 🙂

ET VOILAAAAAAA !

Avec le petit rouleau, on peint les planches, le fond, ainsi que 2 faces des gradins (face + côté) et 2 faces des 1/4 de rond (face + arrondi), tout en suivant les consignes de séchage spécifiques à la peinture choisie.

On commence par tracer les repères sur les planches des côtés. On fait un premier trait à 5mm du bord, et un autre à 5mm du bas, puis un trait tout les 14cm comme sur le schéma suivant. ATTENTION, entre votre dernier trait, et le repère du haut/bas, l’espace ne sera plus grand que les autres. Pensez à le noter pour l’assemblage.

Un fois les repères tracés, on applique une ligne de colle sur le premier trait de la première planche, et on y colle la première étagère (en suivant les consignes spécifiques à la colle utilisée). On fait la même chose pour chaque étagère. On applique ensuite un trait de colle sur chaque tracé de la seconde planche, et on y colle les étagères.

On fait ensuite un trait de colle au dos du meuble, sur tout le cadre, et on y colle le fond.

On colle les cinq 1/4 de ronds sur le rebord des étagères. J’ai choisi de les placer sur les étagères du haut, qui accueilleront les vernis. Celles du bas me serviront à ranger le matériel, le « rebord de sécurité » n’est donc pas nécessaire.

On place les quatre gradins au font des étagères de son choix. Je n’ai pas collé les miens car je songe à ajouter d’autres gradins, plus hauts. Pour les réaliser, j’utiliserai des tasseaux. Je vous tiendrais au courant si ça se fait 🙂

ET VOILA !

Il ne reste qu’à remplir le meubles avec vos petits flacons d’amour. Le flash et la superbe tapisserie de mon logement d’étudiant ne mettent pas les miens en valeur

Et oui je n’en ai pas énormément ! Je remercie particulièrement Chouki qui m’a bien aidé (comprenez : j’ai fait les calculs, choisis les produits, et il a fait quasiment tout le reste. Ahem. Oui il est trop génial)
J’attend de voir les vôtres maintenant 🙂

Voici d’autres exemples de vernithèques, vous verrez vite lesquels m’ont inspirée.

Celle de Glitter and Nails, on peut dire que c’est celle là dont je me suis inspirée principalement (et ça se voit beaucoup). La sienne est grandiose ! Elle a l’air intégrée à son armoire, le rendu est superbe.

Le présentoir à vernis de Cilou, invitée sur le blog DeToutEtDeRien est très esthétique et parfaite pour celles qui n’ont pas 672654 vernis. Je la trouve magnifique.

Le meuble à vernis de Cherry Nail Art, à tout petit prix et très grande contenance !

La vernithèque réalisée par le papa de Poulette, elle fait très chic tout en doré, on dirait presque un tableau fixé au mur.

A votre tour de faire votre vernithèque ! Et montrez la moi surtout 🙂

Recette pour un nail art parfait et durable

Faire un nail art, ou simplement appliquer un verni couleur, demande un peu de méthodologie. En effet, il y a quelques étapes à suivre avant et après la phase de création si l’on veut un beau nail art qui tient le plus longtemps possible.

Une bonne manucure

Pour qu’un verni tienne longtemps, il faut lui préparer le terrain. Vos ongles doivent être bien propres et lisses. Pour cela, commencez toujours par vous laver les mains à l’eau tiède, afin de ramollir la peau (mais pas chaude, car elle ramolli les ongles). Une fois vos mains propres et vos cuticules ramollis, repousser ces derniers à l’aide d’un bâtonnet de buis. Quand vos ongles sont secs, assurez vous qu’ils ne présentent pas d’aspérités, sinon polissez les un peu. Si vous le faite régulièrement, ça ne vous prendra que très peu de temps.

La base, c’est indispensable

La base c’est ce verni incolore qu’on pose en tout premier (une ou deux couches), qui évite le jaunissement de l’ongle, tout en permettant une meilleure accroche du verni couleur.

Aussi, si vos ongles ne sont pas en parfaite santé (mous, dédoublés, striés), c’est cette couche qui vous permet de rattraper ces petits défauts. En effet, il existe des bases spécifiques à chaque problème.

Dans la gamme Express Manucure de Maybeline, la base « Ciment restructurant » est plutôt pas mal. C’est une base pour ongles dédoublés, qui traite aussi très bien les problèmes de stries ou les ongles mous, le tout en une seule couche ! Autre avantage de taille : vous pouvez la trouver dans n’importe quel supermarché.

Pose de la couleur : ne pas toucher les cuticules

Lorsqu’on applique la couleur, on ne doit pas toucher les cuticules. Vous devez laisser un espace entre votre vernis et votre peau, environ 1mm, afin d’éviter les bulles, ou le décollement du vernis au départ et sur les côtés de l’ongle. C’est également une manière de « tricher » sur la forme de son ongle. En évitant de vernir jusqu’aux cuticules latéraux, vous redessinez la forme de votre ongle, ce qui donne l’impression d’un ongle plus long, plus droit, et d’un doigt plus fin.

Ci contre, vous avez l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire. Et oui, cette horreur est de moi 🙂

Pose de la couleur : vernir la tranche

En posant votre couleur, n’oubliez pas de vernir la tranche de l’ongle. Cette petite couche a une importance primordiale, elle permet d’éviter au verni de s’écailler par le bout de l’ongle, et croyez moi, ce petit détail peut tout changer !

Pose de la couleur : faire des couches fines

L’application d’un verni couleur se fait, de manière générale, en plusieurs couches. En fonction des vernis, deux ou trois couches sont nécessaires à l’obtention d’une opacité parfaite. Pour cette raison, il est inutile de faire des couches épaisses, surtout la première.

Votre première couche de couleur doit être très fine, posée rapidement, et pas nécessairement parfaite. C’est la seconde (ou troisième) couche qui marquera parfaitement la couleur et unifiera votre ongle. On peut se permettre de faire cette couche un peu plus épaisse que les précédentes, car c’est sur cette dernière qu’on doit s’appliquer.

Attention : entre chaque couche, vous devez impérativement attendre que la couche précédente soit bien sèche, afin d’éviter les bulles.

Le top coat, aussi indispensable que la base (et c’est pas ma copine Julie qui vous dira le contraire)

Pour finir parfaitement tout nail art, permettre aux déco de tenir, et éviter au verni de s’écailler rapidement, il est indispensable de mettre une ou deux couches de top coat.

Il existe plusieurs familles de top coat : les brillants (les plus utilisés), les matifiants (l’idéal pour une french manucure très naturelle), et les pailletés. Personnellement, sur un top coat pailleté, je rajoute une couche de top coat brillant, pour bien faire tenir les paillettes… je ne les utilise pas comme verni final car ils ne sont pas assez « solides » ni très unifiant.

Pour maintenir votre nail art le plus longtemps possible, vous pouvez ajouter une couche de top coat tous les jours, en prenant bien soin de vernir la tranche de l’ongle.

J’ai farfouillé sur pas mal de sites de nail art pour trouver un bon top coat, et les avis sont formels : le meilleur top coat au monde (parait-il) est le Sèche Vite. Comme son nom l’indique, son séchage est rapide, et il est très épais. Vous le trouverez sur ce site français, et sur plusieurs sites outre-atlantique.

Nourrir sa peau

Comme vous avez pu vous en apercevoir, l’utilisation de dissolvant à répétition assèche et abîme la peau. Pour éviter de vous retrouver avec des ongles magnifiques et une peau asséchée (ce n’est pas très esthétique, et ça peut faire mal) vous devez hydrater votre peau, une fois votre verni bien sec.

Pour votre main, utilisez une crème hydratante pour corps ou main (j’utilise ce lait Sephora, son petit format est très pratique et il sent les vacances, mais si votre peau est très sèche il vaut mieux vous rabattre sur Mixa ou autre marque en parapharmacie).

Pour vos cuticules (qui ont été malmenés lors de votre manucure) vous pouvez utiliser une huile pour cuticules (l’huile Mavala a une très bonne réputation). Elle rend les cuticules plus souples et facilite leur décollement.

Et voilà ! 😀 Votre verni est brillant et unifié, votre main parait fine et allongée, et votre peau est souple. 🙂 En suivant ces conseils, votre verni devrait tenir au moins cinq jours !

Comment éviter les bulles ?

Les bulles, c’est fatal, ça vous détruit une création de manière irréversible. Les bulles, c’est sournois, ça n’intervient qu’après que tout soit terminé et bien sec). Les bulles, c’est moche, énervant, mais ça peut être éviter.

D’où elles sortent ces bulles ?

Les causes de l’apparition de ces bubulles sont diverses.

Tout d’abord, un verni de mauvaise qualité a tendance à buller plus facilement. Aussi, certaines bases ou top coat font buller vos créations de manière casi-systématique (c’est le cas de ma base actuelle, si vous en avez une pas trop chère à me conseiller, je prend).

Ensuite, j’ai pu constater que la chaleur (qui ralenti le séchage du verni) favorise l’apparition de bulles. Je vous déconseille donc de vous vernir les ongles en plein soleil, ou par jour de canicule.

Mais le plus souvent, certaines erreurs de parcours lors de la création de votre nail art sont les causes de ces bubulles. Commençons par le commencement.

  • Avant la pose, vos ongles et/cuticules sont trop humides
En effet, si vous passez vos mains sous l’eau peut de temps avant la pose de votre verni, celui-ci risque fortement de buller une fois votre nail art terminé. Il faut donc bien laisser sécher ses mains avant la pause.
La transpiration aussi peut humidifier vos cuticules au point de créer des bulles, c’est une des raisons pour laquelle il ne faut pas sécher ses ongles à la chaleur (oubliez les radiateurs et sèche-cheveux à air chaud), mais plutôt à l’air libre (ou au sèche cheveux à air froid, ça accélère le processus mais ne vous dispense pas d’attendre une bonne demi heure de séchage si vous venez de faire la vaisselle, par exemple).
Si vous avez les phanères (ongles, cheveux, poils) poreux (comme moi), c’est encore plus galère (pour ma part, je préfère attendre au moins une heure pour mettre un verni après une douche).
  • Lors de la pause, votre verni touche vos cuticules

Comme vous le savez certainement, un vernis ne se pose pas au ras de l’ongle, il faut laisser un espace entre vos cuticule et le vernis (plus de détails dans un prochain article).

Sans cet espace, l’air s’échappant des cuticules (pour simplifier, parce qu’on est pas chez sciences et vie junior) sera emprisonné sous votre vernis, et créera des bulles au pourtour de votre ongle (comme sur la photo).

Il est donc très important de respecter cet « espace de sécurité » entre votre verni et vos cuticules. Bon, cela dit, c’est plus facile à dire qu’à faire hein ! Surtout quand on a les ongles courts ! Mais avec un peu d’entrainement, on fini par y arriver 🙂

  • Entre deux couches, vous n’êtes pas assez patiente
Lorsqu’on est attendue à une soirée, qu’on est pressée de voir le final de son nail art, ou qu’on en a marre de recommencer sa pose pour la 4ème fois à cause des bulles, on peut faire l’erreur d’appliquer une couche avant que la couche du dessous soit sèche, et là… c’est la bulle.
Encore une fois, c’est un soucis d’humidité, et vous avez des p’tites bulles un peu partout sur l’ongle. C’est d’autant plus rageant quand c’est le top coat qui est appliqué trop vite.
Ici, pas de méthode miracles, mesdemoiselles, mesdames, messieurs (oui, quand même) : vous devez patienter ! 
  • Vos couches sont trop épaisses

Appliquer une couche trop épaisse équivaut à appliquer une seconde couche sur une couche qui n’est pas assez sèche.

Privilégiez les couches fines et multiples à la simple couche épaisse. Il vous faudra de toute façon plusieurs couches pour atteindre une opacité impeccable et identique sur chaque ongle (plus de détails dans un prochain article).

  • Lors de la pose d’une déco, vous n’avez pas chassé l’air

En effet, quand vous posez un strass, et encore plus quand vous posez un Peel Off’s, vous devez vous assurer qu’il n’y a plus d’air entre la déco et le verni, au risque d’avoir des bulles au pourtour de votre déco après la pose de votre top coat.

Pour cela, n’hésitez pas à bien appuyer sur la déco. Pour les Peel Off’s, appuyez d’abord au centre de l’autocollant puis allez progressivement vers des bords.

Si vous suivez bien toutes ces astuces, vous devriez éviter les mauvaises surprises, et ne plus jamais voir ces sales bulles ! 🙂