Recyclage ongulaire

Salut les filles ! Aujourd’hui je vous présente une astuce de NPA qui me fait gagner énormément de temps en ce moment : recycler mes manucures ! Je m’explique. Il nous arrive à toutes de traverser des périodes où on a pas trop de temps à consacrer au verni : le mariage du frangin, le déménagement de maman, le départ en colo, la rentrée, ou autres évènements qui laissent peu de temps pour soi. En ce moment je manque cruellement de temps, et j’applique mon verni simplement, sans nail-art, juste avec une base et un top coat (oui je sais, ma vie est difficile). Autre détail encore plus sordide : ma vernithèque est à plusieurs centaines de kilomètres de moi, et ce pendant encore quelques semaines. J’ai donc emporté le matos minimum pour poser mon verni proprement : repousse cuticules, pinceaux de nettoyage, et c’est tout. Oui mais voilà, au bout de quelques jours le verni s’écaille en bout d’ongle, et ça donne ça :

Le verni qui se fait la malle, je déteste ça ! C’est moche, les bords libres ne sont plus protégés, et ils deviennent vulnérables aux attaques environnementales (car il est bien connu que notre environnement fait tout, absolument tout, pour ruiner nos manucures, n’est-ce pas ?).
Problème : je n’ai absolument pas le temps de me plonger dans le dissolvant et autre rituel de NPA, car les filles, ne le cachons pas, choisir son verni, se faire les ongles correctement, nettoyer le tout, et admirer nos doigts, ça nous prend trois plombes. Que faire ? Repasser le bout d’ongle avec ledit verni ? N’essayez même pas, c’est pire que tout ! Tout enlever et laisser mes ongles nus ? Non mais ça va pas !!! Complètement nus ils se casseraient. Si j’enlève mon verni, ça m’oblige à tout nettoyer soigneusement et appliquer une couche de base… et on ne s’en sort plus.
Et bien les filles, j’ai une solution, elle se résume en un mot : triangle ! Et oui, tout est dans le triangle ! Démonstration en images :

La méthode du recyclage triangle consiste à faire des triangles en bout d’ongle, au scotch ou à main levée. Les miens sont faits à main levée, dans ce cas il est indispensable d’utiliser un verni dont le pinceau ne soit pas arrondi (autrement dit, on met de côté Essie et son pinceau topissime, on ne veut pas de lui cette fois ci), ou un pinceau plat acheté au rayon loisir créatif (pour les inconditionnelles d’Essie), l’idéal étant les vernis aux pinceaux biseauté (comme certains Bourjois). On trace une diagonale, puis l’autre, on homogénéise les traces de pinceau, et le tour est joué ! Préférez la technique du scotch si vous en avez sous la main et que vous êtes un peu moins pressée que moi. Ainsi, le verni écaillé est repris, et votre manucure a droit à une seconde vie. Avec pas ou peu de matériel, et en moins de 10 minutes, votre manucure agonisante est transformée en nail-art fun, branché, et je dirais même Pshiiitesque !

Voilà les filles, vous connaissez mon secret : la semaine je porte un beau verni, le week-end j’ai un nail-art triangle. J’économise du temps, du verni, et on me dit quand même « Waaaahou ! Ils sont trop biens tes ongles !!! ». Voici deux exemples de recyclage de vernis Kiko à l’aide d’autres vernis Kiko : 255 + 203 et  401+ 300.

Et pour celles qui ont un peu plus de temps, on peut varier les plaisirs :

Publicités

C’est la rentrée !

Qui dit rentrée dit été terminé, temps gris, paperasse à gogo, pas trop de temps pour soi (ni pour son blog en l’occurrence). Mais qui dit rentrée dit aussi odeur de cahiers neufs, nouveaux stylos (j’adoooore les stylos), nouvel agenda (j’adoooore les agendas), nouveau bloc note (j’adooo… oui bon, vous l’aurez compris, j’adore les fournitures scolaires). Dans mon cas la rentrée c’est aussi la fin des colonies, les copains animateurs qui nous manquent cruellement, la déprime post colo, mais également une nouvelle « ville », une nouvelle formation, de nouvelles rencontres qui deviennent rapidement des nouveaux copains, un nouveau piercing, bref, une nouvelle vie. Forcément, toutes ces nouveautés entraînent pas mal de chamboulements dans ma tête et dans mon coeur… enfin pour le piercing c’est plutôt dans ma bouche et dans mon alimentation ! Et je vous avoue que j’ai du mal à gérer en même temps mon esprit, les formalités de rentrée, mes ongles, les bains de bouche, et le blog. Mais une chose est certaine, les vernis font partie de ma nouvelle vie ! Ouf, j’entend vos soupirs de soulagement, ça y est vous êtes rassurées, je ne perd pas tant les pédales que ça ! Et comme je manque de temps, je met de côté le nail-art pour l’instant, et me concentre sur les vernis en eux même. Oui, ça me fait mal de le dire mais depuis quelques temps je porte mes vernis simplement, sans motif, sans stamping, sans rien ! J’opte donc pour les vernis à effets, et en ce moment ce sont les holographiques qui envahissent ma vernithèque. Aujourd’hui je vous présente un holo qu’on ne présente plus (oui oui, on appelle ça de l’acharnement, de l’endoctrinement, du formatage, ou du marketing). Sorti il y a peu de temps, déjà un des chouchous des NPA, c’eeeeeeeest : Le Kiko holographique bleu ! Bon, soyons plus précis : Le Kiko 401, aussi connu sous le nom de Peacock Green, un des quatre bijoux holographiques de la collection Lavish Oriental. Trêve de blabla, on passe aux images !

Au passage on dit « Coucou » à Eden, qui tente de rédiger son Projet Individuel de Formation à côté de moi pendant que je lui dis « Hé mec, regarde mon verni ! Il est complètement fou non ? Il est fou ? Hein il est fou ? Mais regarde mieux ! » Mes nouveaux camarades de classe commencent déjà à s’habituer à mes facéties ongulaires, ils sont gentils et compréhensifs.

J’ai décidé de vous poster une vidéo à chaque article, en fonction de mes envies du moment, de mes ongles, de mon humeur. Aujourd’hui c’est une chanson que j’écoute beaucoup depuis quelques semaines, redécouverte (si vous avez vu les p’tits mouchoirs, vous la connaissez) grâce à un copain de colo guitariste et chanteur de talent. Attention, à petite dose elle émeut, à haute dose elle donne envie de se pendre, ou, au meilleur des cas, vous fait sombrer dans la dépression. A écouter avec modération. Paroles ici.

Ozotic 617, t’es trop fouuuuu !

Salut les bombasses ! (Ouais j’opte pour un langage cru aujourd’hui) J’espère que vous allez bien et que vous avez passé une bonne rentrée ? Pour celles qui ne sont pas encore rentrées (comme muhahahaha), il vous reste encore un peu de temps pour vous faire de jolis ongles, et j’ai justement un verni à vous proposer : L’ozotic 617. Admirez donc !

Bon, je n’saurais pas vous dire si c’est plutôt du vomi de licorne ou de la diarrhée de sirène, mais ce dont je suis certaine c’est qu’il est fait à partir de trucs magiques ! Non parce que, honnêtement, une telle texture, des paillettes argentées aux formes aléatoires, et ces micro paillettes mulltichromes qu’on découvre au premier rayon de soleil, ça ne peut pas venir du monde réel ! Ici je l’ai posé en deux couches sur une base blanche, mais je pense que deux couches seules auraient suffit. Lors de l’application, j’ai redouté un fini rugueux, avec toutes ces paillettes, mais que nenni ! Son fini est lisse et bien brillant. Je l’ai toute fois badigeonné de Seche Vite pour le porter plus longtemps. Alors, vomi de licorne ou diarrhée de sirène ?

Sinon les filles, le blog va certainement subir de gros gros changements ! Notamment un changement de nom, et donc d’adresse (pas d’inquiétude, vous me trouverez quand même, et le nouveau nom déchire sa race). Un changement de contenu également, je compte m’orienter un peu plus vers la beauté féminine au sens large, les avantages et les inconvénients liés au fait d’être une fille, avec des réflexions et des solutions pour lutter contre tous les petits désagréments que connaissent les femmes en matière de beauté. J’ai déjà pleiiiiins d’idées d’articles ! Mais pas d’inquiétude, la dominance du blog restera bel et bien le nail art, les vernis, le soin des ongles et tout le tralala. J’espère que tous ces changements ne vous bouleverseront pas trop ? Ça vous tente ou je devrais me cantonner aux ongles ? Vos avis comptent !  Bisous pailletés (et oui, je suis châtain/brune/blonde et rousse à la fois, pas facile à vivre tout ça)

Ozotic 617 disponible sur la Pshiiit boutique

Triangles et Paillettes

TAAAAAAAAAAADAAAAAAAAAAAAAAAM *ça c’est le bruit de mon entrée inattendue dans la blogosphère après un long mois d’absence* Je suis de retouuuuuur (je suis tentée d’ajouter « pour vous jouer un mauvais tour » mais je vais m’abstenir). Les colonies sont finies, et c’est avec la tête pleine de souvenirs, les ongles absolument détruis, les cuticules sauvagement grignotés, et la peau meurtrie que je vous retrouve ! Car oui, les colo, c’est éprouvant ! On est fatigué, on a pas le temps, on sprinte toute la journée, on se douche en 2 secondes top chrono… enfin moi j’dis ça, mais je partageais la chambre de Julie, donc on s’arrangeait pour avoir une bonne trentaine de minutes dans la salle de bain, ce qui est relativement salaud pour nos collègues, mais plus que vital pour nous. J’ai tellement de choses à vous raconter sur notre vie de NPA en colonie que je pense en faire un article… à voir avec Julie. Bref, tout ça pour vous demander de ne pas me tenir rigueur de l’état de mes cuticules, de mes ongles, de ma peau. Je suis actuellement en phase de reconstruction (un article là dessus ça pourrait être cool aussi non ?). Sans plus attendre, je vous montre mes mimines !

Pour mon retour, je voulais un truc simple, qui me rappelle l’été. Entre temps, j’ai claqué une partie de ma paye dans des bagues, histoire d’illustrer un peu mes photos. J’avais donc une bague et deux vernis qui me faisaient de l’oeil, d’ailleurs voici les coupables.

La manucure triangle au scotch, c’est aussi un truc qui me tentait depuis un moment. C’était l’occasion ! J’ai donc appliqué deux couches de Mint Milk (qui n’a pas la même couleur sur ces photos qu’au bout de mes doigts) puis deux couches de Razzle Dazzle. Attention aux sur-épaisseurs avec ce dernier, ce n’est pas très glamour mais si on veut une bonne couche de paillettes il faut passer plusieurs fois car le bougre n’est pas très concentré glitterement parlant. Voici le résultat, à J+4, tout de même !

Voilà les filles, j’espère que vous pardonnerez mon absence quasi totale ces deux derniers mois, mais je suis de retour, j’ai pleins d’idées, et si j’en ai le temps je vous inonde d’articles.

Razzle Dazzle de Picture-Polish
Mint Milk (389) de Kiko
Bague Claire’s

Sunday Nail Battle : Pshiiitucure !

Bonjour les filles, en ce dimanche 5 août, je vous présente ma première participation à la Sunday Nail Battle d’Odile et Andreia. Cette SNB un peu particulière est sous le thème de Pshiiit, Camille, son blog, ses goûts, sa vie.

Sans avoir vu le thème de la SNB, et par le plus grand des hasards, j’ai réalisé avant hier une Pshiiitucure (oui, c’est comme ça que j’appelle les manucures de Pshiiit, je trouve ce mot super cool) en déclinant dans les tons bleus-verts la manucure que Camille nous a posté avant ses supers vacances au pays du thé à la menthe. Par un second hasard, j’ai utilisé le beau St George de A England pour mon ouvrage, un verni cher au coeur de notre Pshiiit internationale. Par un troisième hasard, je ne savais quoi faire en accent nail. Et aujourd’hui, en voyant toutes vos superbes créations pour la SNB, et en découvrant le thème de cette dernière, j’ai compris qu’il n’y avait pas de hasard. Quelques coups de pinceaux plus tard, voilà ce que ça a donnée. Comme le soleil est timide aujourd’hui, les couleurs sont moins vertes qu’en vrai (ce qui parait être un bleu ciel est le Kiko Mint Milk… vous voyez c’que j’veux dire).

Ce que j’aime chez Camille ? Elle reste humble malgré son succès et sa blogocélébrité qui prennent de plus en plus d’ampleur. Elle est disponible et à l’écoute de ses « Pshiiiteuses », même lorsqu’elle croule sous les commandes. Elle rend  le nail art accessible à toutes en alliant à la perfection créativité et simplicité.  Elle sait nous faire partager des petits instants de vie, tout en entretenant un certain mystère. Camille mérite amplement ce qui lui arrive, on attend plus que la PshiiitBox ! Pour le soin et le coeur qu’elle met dans son blog et sa boutique, tout se résume en deux petits mots :

Ma première fois avec Nfu Oh Opal 56

Aujourd’hui les filles, c’est un article un peu spécial. Je vais vous livrer une partie de ma vie privée et de mes sentiments les plus intimes, en vous racontant ma rencontre et ma première fois avec le Nfu Oh Opal 56. On s’est rencontré sur le blog de Pshiiit. Entre  lui et moi, ce fut un coup de foudre surpuissant, je pense que notre rencontre était écrite quelque part, dans l’agenda des Dieux et Déesses du monde vierniesque. Sur la Pshiiit Boutique, nous avons planifié un rendez-vous. A peine trois jours plus tard, il sonnait à ma porte. Cette courte attente a tout de même fait monter en moi une excitation et une joie semblable à celle d’un enfant la nuit de Noël. Trop impatiente, je lui ai immédiatement arraché son emballage. Son papier de soie violet, sa petite plume bleue, et le petit mot écrit par Camille m’ont attendrie quelques instants. Puis j’ai sauvagement déchiré son papier bulle, et je l’ai enfin vu, de près, en vrai, dans mes mains. Il était encore plus beau que sur ses photos ! Nous nous sommes admirés mutuellement pendant plusieurs minutes, puis on s’est rapproché. Après avoir contemplé ses reflets de plus près, je suis passée à l’action. J’ai lentement dévissé son joli bouchon corseté, j’ai délicatement essoré son pinceau contre sa paroi, et j’ai vu ces flakies vert-bleutés couler de joie. Mais ne précipitons pas les choses ! Pour profiter un maximum de cet instant, j’ai appliqué une couche de verni noir. Je suis ensuite revenue vers lui, j’ai passé son délicat pinceau sur mon ongle verni, et la magie a opéré ! Une explosion de paillettes vertes, de flakies bichromes, dans un gelée transparente. Et c’est ici que j’arrête la métaphore, avant que cet article devienne trop osé. Son fini brillant était magnifique, mais une question résonnait sans cesse dans ma tête « Et en mat, ça donne quoi ? Hein, ça donne quoi ? Dit, tu veux pas l’matifier ? Juste pour voir ! Alleeeeeer ! ». J’ai cédé à ces démons, et l’effet minéral m’a séduite. Mais la seconde petite voix dans ma tête s’est ramenée, elle aussi « Non mais tu vas le laisser comme ça ! Il est tout terne ! Quel gâchis… avec un coup de Sèche Vite il serait vachement mieux ! Essais, tu verras. Béh essais j’te dis ! ». Pour contenter tout le monde (oui tout le monde = mes deux consciences et moi même) j’ai choisi de lui laisser une moitié mate, et une moitié brillante. Je vais maintenant vous laisser contempler sa couleur oscillant entre le vert et le bleu. Finalement, ce verni est comme moi : indécis, et cette manucure nous va bien. Les couleurs ne sont pas retouchées.

Vous savez tout. Mais pendant que vous bavez devant ses reflets, je suis loin, très loin de mon ordinateur. Je fabrique des déguisements africains, je fais un jeu de piste géant dont le but est de retrouver Simba, le Roi Lion. Je déguise ma copine Margaux en rafiki, et ma copine Julie en porteuse d’eau. Et je vous envoie pleins de bisous flakies !

Et vous, les flakies ça vous tente ?

Je suis une princesse

Hier, à la tombée de la nuit, je me suis lancée dans une manucure avec mes Kiko Light Lavender (338), et Light Blue (340). Mais quand il est tard et qu’on n’y voit plus rien, mieux vaut faire des choses simples et rapides. Un Peel Off’s (n°1021), quelques strass en cristal et me voilà transformée ! J’ai l’impression d’être un princesse ! Mais pas une princesse du style Stéphanie de Monaco, avec pleins d’obligations, d’associations caritatives, et une vie finalement assez ennuyeuse, non ! Plutôt une princesse de dessins animés, comme Cendrillon ou La Belle au bois dormant. Oui, avec ses ongles je me vois bien Princesse Kiko, fille du roi Polish et de la reine Nail, ennemi d’Acétone, une vieille sorcière aigrie et jalouse, qui cherche par tous les moyens à me faire disparaître afin de régner sur le royaume de Vernithèque. Bon, ça manque un peu de paillette pour faire totalement princesse, mais je trouvais ça assez kitch comme ça.

En ce qui concerne les vernis : le 338 est un parme très doux, qui rappelle la lavande, et le 340 est un joli bleu piscine, parfait pour l’été. Leur texture est identique, ce sont des crèmes au séchage rapide, dont l’opacité est plutôt bonne (2 couches ici). Cependant, j’ai un peu galéré pour les appliquer sans faire de traces, et j’ai remarqué qu’ils avaient légèrement tendance à buller, car leur fini n’est pas parfaitement lisse. Mais avec un bon top-coat, tout ces petits défauts disparaissent, et pour 2€50 l’unité, je dis OUI !