J’ai sorti mon joli pull

Coucou les filles ! Brrr il fait froid par ici, pas chez vous ? En tout cas en Dordogne on sort nos pulls. Et pour ma part, je sors LE pull ! Celui que vous avez vu sur ma whishlist. Je bavais devant depuis un bon moment, et la vague de froid survenue ces derniers temps était l’excuse parfaite pour céder à la tentation. J’en suis complètement amoureuse, contrairement à mes camarades masculins qui le qualifient de « vieux pull de vieille ». Mais qu’importe, il est doux, il est chaud, il est fluo, il a un p’tit côté péruvien, bref, je l’aime. Forcément, l’idée du nail-art associé m’est tout de suite venue en tête. Ni une, ni deux, à peine mon gros pull enfilé, je me peinturlurais les ongles dans des tons assortis. Voilà ce que ça a donné.

En plus, entre mon coup de foudre pour ce pull, et la réalisation de ce nail-art, je me suis aperçue que notre Pshiiit nationale, la reine de l’acétone et des paillettes, avait le même ! C’est trop fifou !

Associer un nail-art à un vêtement c’est bien gentil, mais quand on ne porte pas le vêtement en question ça peut faire étrange. En l’occurrence  ces ongles sans le pull je trouve ça très moyen, mais l’assortiment à fait son effet ! J’ai utilisé le Kiko holographique doré en base, quant aux chevrons, ils sont réalisés grâce au Licorice d’Essie, et la touche fluo est apportée par les néons LM Cosmétic que je vous présentais en splatter il y a quelques mois.

Publicités

Has been nails !

Salut les filles ! Je vais tenter aujourd’hui, sous vos yeux ébahis, de briser les codes de la mode, afin de mettre un peu de lumière dans cette journée grisâtre. Avant l’été j’ai acheté pleins de vernis aux teintes ensoleillées : pêche, abricot, corail, mint et doré de toutes marques ont envahi les étagères de ma vernithèque. Oui mais voilà, cet été j’ai dû mettre de côté la manucure pour m’occuper d’ados râleurs et boutonneux. A mon retour le soleil s’était fait la malle, les gens portaient leurs vieux pulls, les passants dépliaient leurs parapluies, on disait bye bye aux vernis flashy et bonjour aux teintes automnales. Bon, forcément à ce moment là j’ai hurlé intérieurement « Naaaaaaaaaaan ! Mode de l’été, attend moi ! » mais ça n’a pas suffit. Ma vernithèque était devenue complètement has-been. Bah ouais, le temps que je rentre d’Auvergne la mode était au nude, et je n’avais pas encore essayé mes néons… vous voyez un peu le décalage. Et puis hier je me suis dit : FLÛTE ! J’ENCROTTE LA MODE ! (Z’avez vu comme je suis polie) J’ai envie de mettre un T-shirt coloré, ma cocotte dorée, et d’assortir un verni à tout ça dans des tons lumineux !!! Aussitôt dit, aussitôt fait. J’applique le Kiko Light Peach en base, je tamponne un peu de Kiko holo doré (si c’était l’été pour de vrai vous auriez vu ses superbes reflets), je stampe, je restampe. Et mon élan verniesque s’arrête après une couche de RapyDry. J’arbore donc des ongles pêches. OUI ce n’est pas une teinte de saison, et OUI c’était la mode de l’été 2012 et « On est plou en été 2012 ma chéwiie tou peux pas porter ça ! », mais voilà… moi la mode, je ne l’ai jamais vraiment suivie. C’est bien, ça donne des idées, et on est forcément un peu influencé vu qu’on nous bombarde de publicités toutes plus alléchantes les unes que les autres. Mais franchement, si vous portez du néon en novembre, et du noir en juillet, ça me fera beaucoup moins hurler que si vous portez un ensemble zébré moulant juste parce que c’est la mode du zébré ! Trêve de blabla, voilà le résultat, totalement abstrait, je vous l’accorde.

Maintenant venons-en aux choses sérieuses ! Vous l’aurez remarqué, la guest-star de cet article c’est… ma cocotte dorée ! Et là vous faites « Wahou, mais d’où vient-elle ? » et c’est là que j’me la pète à mort en vous disant « C’est Emilie qui m’la faiiiiiiiiite ! » Emilie c’est une chouette fille qui fait  et vend des bijoux trop jolis ! Elle a un blog, une page facebook, un profil Hellocoton, une boutique Dawanda, et une boutique A Little Market. Courrez voir ses créations, vous craquerez forcément pour l’une d’elles (je vous en présenterai d’autres dans les prochains articles). Sur cette suggestion je vous laisse profiter de cette fin de jeudi gris en écoutant cette jolie chanson !

Une galaxie au bout des doigts

Bonjour les filles !  J’espère que vous avez la forme malgré le temps un peu pourrave qui terni nos vernis. Pour ma part, j’ai profité d’une apparition furtive du soleil pour claquer quelques photos de mes ongles (oui, « claquer de la photo » c’est une expression qu’utilise mon papa, donc je sais pas si ça se dit mais j’le dis). Depuis un bon moment je voulais tenter un nail-art intergalactique. Pour le réaliser, j’ai appliqué deux couches du Dive Bar d’Essie, sauf sur l’annulaire ou j’ai opté pour l’Ozotic 505 histoire d’apporter un petit côté magique, puis j’ai tamponné un peu de Kiko holo bleu et de Nail Inc. Sloane Square par ci par là à l’aide d’une mousse. Sur mon annulaire, j’ai tamponné le Sloane Square en dégradé (ce verni me rend complètement folle). J’ai ensuite ajouté quelques points blancs à l’aide d’un dooting tool très fin, et PIF PAF POUF me voilà avec une galaxie au bout des doigts ! On ne voit pas bien le Dive Bar, c’est un bleu-vert pétrole très foncé, qui rend presque noir sur les photos. Vous l’aurez compris, rien de très compliqué, et comme dirait mon papa « A l’ombre ça fait foncé, mais à la lumière ça fait un bel effet ! » Merci Papa.

C’est la rentrée !

Qui dit rentrée dit été terminé, temps gris, paperasse à gogo, pas trop de temps pour soi (ni pour son blog en l’occurrence). Mais qui dit rentrée dit aussi odeur de cahiers neufs, nouveaux stylos (j’adoooore les stylos), nouvel agenda (j’adoooore les agendas), nouveau bloc note (j’adooo… oui bon, vous l’aurez compris, j’adore les fournitures scolaires). Dans mon cas la rentrée c’est aussi la fin des colonies, les copains animateurs qui nous manquent cruellement, la déprime post colo, mais également une nouvelle « ville », une nouvelle formation, de nouvelles rencontres qui deviennent rapidement des nouveaux copains, un nouveau piercing, bref, une nouvelle vie. Forcément, toutes ces nouveautés entraînent pas mal de chamboulements dans ma tête et dans mon coeur… enfin pour le piercing c’est plutôt dans ma bouche et dans mon alimentation ! Et je vous avoue que j’ai du mal à gérer en même temps mon esprit, les formalités de rentrée, mes ongles, les bains de bouche, et le blog. Mais une chose est certaine, les vernis font partie de ma nouvelle vie ! Ouf, j’entend vos soupirs de soulagement, ça y est vous êtes rassurées, je ne perd pas tant les pédales que ça ! Et comme je manque de temps, je met de côté le nail-art pour l’instant, et me concentre sur les vernis en eux même. Oui, ça me fait mal de le dire mais depuis quelques temps je porte mes vernis simplement, sans motif, sans stamping, sans rien ! J’opte donc pour les vernis à effets, et en ce moment ce sont les holographiques qui envahissent ma vernithèque. Aujourd’hui je vous présente un holo qu’on ne présente plus (oui oui, on appelle ça de l’acharnement, de l’endoctrinement, du formatage, ou du marketing). Sorti il y a peu de temps, déjà un des chouchous des NPA, c’eeeeeeeest : Le Kiko holographique bleu ! Bon, soyons plus précis : Le Kiko 401, aussi connu sous le nom de Peacock Green, un des quatre bijoux holographiques de la collection Lavish Oriental. Trêve de blabla, on passe aux images !

Au passage on dit « Coucou » à Eden, qui tente de rédiger son Projet Individuel de Formation à côté de moi pendant que je lui dis « Hé mec, regarde mon verni ! Il est complètement fou non ? Il est fou ? Hein il est fou ? Mais regarde mieux ! » Mes nouveaux camarades de classe commencent déjà à s’habituer à mes facéties ongulaires, ils sont gentils et compréhensifs.

J’ai décidé de vous poster une vidéo à chaque article, en fonction de mes envies du moment, de mes ongles, de mon humeur. Aujourd’hui c’est une chanson que j’écoute beaucoup depuis quelques semaines, redécouverte (si vous avez vu les p’tits mouchoirs, vous la connaissez) grâce à un copain de colo guitariste et chanteur de talent. Attention, à petite dose elle émeut, à haute dose elle donne envie de se pendre, ou, au meilleur des cas, vous fait sombrer dans la dépression. A écouter avec modération. Paroles ici.