Ma première fois avec Nfu Oh Opal 56

Aujourd’hui les filles, c’est un article un peu spécial. Je vais vous livrer une partie de ma vie privée et de mes sentiments les plus intimes, en vous racontant ma rencontre et ma première fois avec le Nfu Oh Opal 56. On s’est rencontré sur le blog de Pshiiit. Entre  lui et moi, ce fut un coup de foudre surpuissant, je pense que notre rencontre était écrite quelque part, dans l’agenda des Dieux et Déesses du monde vierniesque. Sur la Pshiiit Boutique, nous avons planifié un rendez-vous. A peine trois jours plus tard, il sonnait à ma porte. Cette courte attente a tout de même fait monter en moi une excitation et une joie semblable à celle d’un enfant la nuit de Noël. Trop impatiente, je lui ai immédiatement arraché son emballage. Son papier de soie violet, sa petite plume bleue, et le petit mot écrit par Camille m’ont attendrie quelques instants. Puis j’ai sauvagement déchiré son papier bulle, et je l’ai enfin vu, de près, en vrai, dans mes mains. Il était encore plus beau que sur ses photos ! Nous nous sommes admirés mutuellement pendant plusieurs minutes, puis on s’est rapproché. Après avoir contemplé ses reflets de plus près, je suis passée à l’action. J’ai lentement dévissé son joli bouchon corseté, j’ai délicatement essoré son pinceau contre sa paroi, et j’ai vu ces flakies vert-bleutés couler de joie. Mais ne précipitons pas les choses ! Pour profiter un maximum de cet instant, j’ai appliqué une couche de verni noir. Je suis ensuite revenue vers lui, j’ai passé son délicat pinceau sur mon ongle verni, et la magie a opéré ! Une explosion de paillettes vertes, de flakies bichromes, dans un gelée transparente. Et c’est ici que j’arrête la métaphore, avant que cet article devienne trop osé. Son fini brillant était magnifique, mais une question résonnait sans cesse dans ma tête « Et en mat, ça donne quoi ? Hein, ça donne quoi ? Dit, tu veux pas l’matifier ? Juste pour voir ! Alleeeeeer ! ». J’ai cédé à ces démons, et l’effet minéral m’a séduite. Mais la seconde petite voix dans ma tête s’est ramenée, elle aussi « Non mais tu vas le laisser comme ça ! Il est tout terne ! Quel gâchis… avec un coup de Sèche Vite il serait vachement mieux ! Essais, tu verras. Béh essais j’te dis ! ». Pour contenter tout le monde (oui tout le monde = mes deux consciences et moi même) j’ai choisi de lui laisser une moitié mate, et une moitié brillante. Je vais maintenant vous laisser contempler sa couleur oscillant entre le vert et le bleu. Finalement, ce verni est comme moi : indécis, et cette manucure nous va bien. Les couleurs ne sont pas retouchées.

Vous savez tout. Mais pendant que vous bavez devant ses reflets, je suis loin, très loin de mon ordinateur. Je fabrique des déguisements africains, je fais un jeu de piste géant dont le but est de retrouver Simba, le Roi Lion. Je déguise ma copine Margaux en rafiki, et ma copine Julie en porteuse d’eau. Et je vous envoie pleins de bisous flakies !

Et vous, les flakies ça vous tente ?

Publicités

Metallic Chic, en direct du bus qui m’amène en colonie

Salut les filles ! Aujourd’hui je vous présente une manucure chic, métallisée et pailletée ! Voici mes complices dans cette affaire : le Noir Doré de chez Konad, et le célèbre Penny Talk de la collection Mirror Metallic d’Essie. Difficile de « nailarter » ce joli cuivré métallique, j’ai donc opté pour la simplicité, en dégradant le joli Konad de biais. Petite déception car le bougre paraissait vraiment noir, et pas très doré. Je lui ai ajouté de la poudre de paillettes dans les tons du Penny Talk pour l’illuminer un peu… et ce n’était pas forcément mieux. Je ne suis pas douée dans la disposition des paillettes libres… je le sais… mais pourquoi je m’obstine ? Pour conclure, cette manucure a un côté chic et so(m)bre qui se prête très bien à une tenue de soirée, mais qui peut aussi illuminer une tenue de journée hivernale. En guest, vous pouvez voir mon T-shirt Pull & Bear à 9€99.

A l’heure où vous lisez ces lignes, je suis dans un bus en direction de l’Auvergne, avec 40 enfants, quelques copains, je porte un très beau t-shirt bleu « Vacances Pour Tous », et je tente de consoler le petit Enzo qui pleure sa maman, tout en empêchant le grand Kévin de frapper le gentil Maxence pour lui voler sa Nintendo DS, pendant que Maëva, du haut de ses 15 ans, cache ses cigarettes dans ses chaussettes, sans se douter que je la vois. A l’arrivée du bus, je retrouverai ma copine Julie que vous connaissez toutes, et si on a 1 minute 32 devant nous (ce qui n’est pas gagné) on vous préparera un petit quelque chose. La saison commence, être animateur c’est un des plus beaux métiers au monde, qui demande une disponibilité de 24/24h, vous comprendrez donc que le blog tourne au ralenti pendant l’été, mais je ne vous oublie pas 😉

Ozotic : Espèce en voie de disparition ?

Aujourd’hui, je vais vous présenter un verni qu’on ne présente plus (oui, on appelle ça de l’acharnement) : L’Ozotic 504.

Pour la p’tite histoire, ces merveilles verniesques nous viennent d’Australie. La marque Ozotic est connue pour ces vernis multichromes aux reflets exceptionnels. Hélas, ces trésors sont amenés à disparaître, car Picture Polish arrête la production des Ozotic multichromatiques, Mish Mash et holographiques. Forcément, suite à cette annonce, la plupart des NPA sont entrées en tachycardie, ont foncé sur la Pshiiit boutique ou chez Harlow pour se procurer les historiques 504, 505 et 506, et ont claqué leurs euros en quelques secondes sans prendre le temps de réfléchir (je fais bien-entendu partie de ces NPA là). Mais posons nous quelques minutes et réfléchissons ensemble. C’est clair, une page se tourne pour la famille Ozotic, mais pensez vous que Picture Polish stopperait la production de ses articles à succès sans raison ? Je pense que non. Il parait presque évident que la marque va recréer une collection de multichromatiques, tout nouveaux tout beaux ! Encore plus impressionnants ! Si on voit les choses sous cet angle, cet évènement est avant tout un gros buzz, qui a certainement bien boosté leurs ventes et leur côte de popularité. Cela dit, je conçois très bien qu’on veuille se procurer les derniers précieux, car le côté inédit et rare est toujours très attrayant pour les collectionneuses que sont les NPA, car finalement c’est ce que nous sommes, des collectionneuses ! Pour celles qui ne sont pas atteintes de ce trouble obsessionnel, mais qui pleurent la disparition des célèbres reflets Ozoticiens, pas de panique ! La marque Ludurana fait de très jolis duplicatas du 505 sous le nom de Show (étude comparative très complète réalisée par une blogueuse ici). En fouillant bien, on peut trouver ce verni sur la toile (ici par exemple).

Mais comme je vous l’ai dit, je suis une collectionneuse, c’est donc naturellement que j’ai craqué pour trois d’entre eux, notamment le 504, alors tant qu’à faire, autant vous le montrer. Comme ce verni se suffit à lui même, je lui ai simplement fait une ruffian. Le plus souvent, il est mauve, mais paradoxalement c’est sa couleur la plus difficile à capturer ! Voici un extrait de ses multiples reflets.

Liste de courses et tuto brico pour faire sa vernithèque

Aujourd’hui, je vous donne tous les détails pour réaliser votre vernithèque de NPA, mais attention, y’a du lourd (article méga-supra long).

Pour ce meuble, j’avais quelques impératifs : pas de fixation murale, pas de vernis au sol, petite profondeur, contenance entre 150-200 vernis. Ma vernithèque est donc un sur-meuble, mesurant 1m de haut sur 50cm de large. Pour la réaliser j’ai utilisé du matériel qu’on n’a pas forcément chez soi (une perceuse et un chéri trop gentil, en l’occurrence). C’est pourquoi je vous propose deux façons de monter votre vernithèque : une qui requiert une perceuse et un minimum de qualités manuelles, et une plus rapide ne demandant pas de grand talent de bricoleuse.

J’ai pris tout mon matériel chez Leroy Merlin, mais je pense qu’on peut trouver un équivalant moins coûteux chez Brico Dépot. Pour vous simplifier la vie, je vous ai fait la liste du matériel sous forme de liste de course, pour la télécharger : « clique droit » puis « enregistrer l’image sous ». Vous n’avez plus qu’à vous rendre dans le magasin de bricolage le plus proche de chez vous, avec cette liste en main.

Avec le foret 3, percez les pré-trous.

Pour les planches des côtés : commencez par ceux des extrémités (à 9mm du bord) et faites ensuite un pré-trou tous les 14cm, à 3cm du bord, comme sur l’image ci-dessous.

Pour les étagères, le haut et le bas : faites 2 pré-trous sur chaque côté de chaque planche de 50cm de long.

Avec le foret 8, faites le pré-trou de la tête de vis (pour qu’il n’y ai pas de relief une fois le meuble monté). Voilà ce que ça donne.

On ponce joyeusement toutes les faces des planches, ainsi que les chutes qui serviront de gradins, avec le plus gros grain (500). Puis on enlève les poussières avec un chiffon humide (les microfibres sont mes amies).

Avec le petit rouleau, on peint les planches dans le sens du bois, ainsi que le fond2 faces des gradins (face + côté) et 2 faces des 1/4 de rond (face + arrondi), tout en suivant les consignes de séchage spécifiques à la peinture choisie. Entre deux couches, une fois la peinture sèche, on ponce les planches au grain le pus fin (800) afin d’éliminer les éventuelles aspérités.

On commence par visser le haut et le bas à un des côtés, puis on y visse les étagères, et enfin l’autre côté. Et on se dit « Houlala ça prend forme ! »

On clou ensuite le fond (on peut également le coller ou le visser).
On colle les cinq 1/4 de ronds sur le rebord des étagères. J’ai choisi de les placer sur les étagères du haut, qui accueilleront les vernis. Celles du bas me serviront à ranger le matériel, le « rebord de sécurité » n’est donc pas nécessaire.
On place les quatre gradins au font des étagères de son choix. Je n’ai pas collé les miens car je songe à ajouter d’autres gradins, plus hauts. Pour les réaliser, j’utiliserai des tasseaux. Je vous tiendrais au courant si ça se fait 🙂

ET VOILAAAAAAA !

Avec le petit rouleau, on peint les planches, le fond, ainsi que 2 faces des gradins (face + côté) et 2 faces des 1/4 de rond (face + arrondi), tout en suivant les consignes de séchage spécifiques à la peinture choisie.

On commence par tracer les repères sur les planches des côtés. On fait un premier trait à 5mm du bord, et un autre à 5mm du bas, puis un trait tout les 14cm comme sur le schéma suivant. ATTENTION, entre votre dernier trait, et le repère du haut/bas, l’espace ne sera plus grand que les autres. Pensez à le noter pour l’assemblage.

Un fois les repères tracés, on applique une ligne de colle sur le premier trait de la première planche, et on y colle la première étagère (en suivant les consignes spécifiques à la colle utilisée). On fait la même chose pour chaque étagère. On applique ensuite un trait de colle sur chaque tracé de la seconde planche, et on y colle les étagères.

On fait ensuite un trait de colle au dos du meuble, sur tout le cadre, et on y colle le fond.

On colle les cinq 1/4 de ronds sur le rebord des étagères. J’ai choisi de les placer sur les étagères du haut, qui accueilleront les vernis. Celles du bas me serviront à ranger le matériel, le « rebord de sécurité » n’est donc pas nécessaire.

On place les quatre gradins au font des étagères de son choix. Je n’ai pas collé les miens car je songe à ajouter d’autres gradins, plus hauts. Pour les réaliser, j’utiliserai des tasseaux. Je vous tiendrais au courant si ça se fait 🙂

ET VOILA !

Il ne reste qu’à remplir le meubles avec vos petits flacons d’amour. Le flash et la superbe tapisserie de mon logement d’étudiant ne mettent pas les miens en valeur

Et oui je n’en ai pas énormément ! Je remercie particulièrement Chouki qui m’a bien aidé (comprenez : j’ai fait les calculs, choisis les produits, et il a fait quasiment tout le reste. Ahem. Oui il est trop génial)
J’attend de voir les vôtres maintenant 🙂

Voici d’autres exemples de vernithèques, vous verrez vite lesquels m’ont inspirée.

Celle de Glitter and Nails, on peut dire que c’est celle là dont je me suis inspirée principalement (et ça se voit beaucoup). La sienne est grandiose ! Elle a l’air intégrée à son armoire, le rendu est superbe.

Le présentoir à vernis de Cilou, invitée sur le blog DeToutEtDeRien est très esthétique et parfaite pour celles qui n’ont pas 672654 vernis. Je la trouve magnifique.

Le meuble à vernis de Cherry Nail Art, à tout petit prix et très grande contenance !

La vernithèque réalisée par le papa de Poulette, elle fait très chic tout en doré, on dirait presque un tableau fixé au mur.

A votre tour de faire votre vernithèque ! Et montrez la moi surtout 🙂

Je suis une princesse

Hier, à la tombée de la nuit, je me suis lancée dans une manucure avec mes Kiko Light Lavender (338), et Light Blue (340). Mais quand il est tard et qu’on n’y voit plus rien, mieux vaut faire des choses simples et rapides. Un Peel Off’s (n°1021), quelques strass en cristal et me voilà transformée ! J’ai l’impression d’être un princesse ! Mais pas une princesse du style Stéphanie de Monaco, avec pleins d’obligations, d’associations caritatives, et une vie finalement assez ennuyeuse, non ! Plutôt une princesse de dessins animés, comme Cendrillon ou La Belle au bois dormant. Oui, avec ses ongles je me vois bien Princesse Kiko, fille du roi Polish et de la reine Nail, ennemi d’Acétone, une vieille sorcière aigrie et jalouse, qui cherche par tous les moyens à me faire disparaître afin de régner sur le royaume de Vernithèque. Bon, ça manque un peu de paillette pour faire totalement princesse, mais je trouvais ça assez kitch comme ça.

En ce qui concerne les vernis : le 338 est un parme très doux, qui rappelle la lavande, et le 340 est un joli bleu piscine, parfait pour l’été. Leur texture est identique, ce sont des crèmes au séchage rapide, dont l’opacité est plutôt bonne (2 couches ici). Cependant, j’ai un peu galéré pour les appliquer sans faire de traces, et j’ai remarqué qu’ils avaient légèrement tendance à buller, car leur fini n’est pas parfaitement lisse. Mais avec un bon top-coat, tout ces petits défauts disparaissent, et pour 2€50 l’unité, je dis OUI !

« Français à viande » (comprenez French Aztèque)

Bonjouuuuur les filles ! Aujourd’hui je voulais mettre un peu de couleur dans ma vie en essayant mes derniers achats chez Kiko dont je vous parlais ici… bon, en réalité ce sont mes avant-derniers achats chez Kiko, puisque j’y suis retournée avant-hier avec ma maman qui, en plus de m’en offrir trois, s’en ai acheté CINQ. Je vous raconte tout ça dans le but de vous exposer une problématique : l’achat compulsif est-il génétique ? J’attend vos réponses, vous avez 4h (clin d’oeil aux futur bacheliers 2012). Revenons à nos moutons. Un peu de couleur, certes, mais comment ? Souvenez vous, j’ai vu Tartofraises il y a quelques temps, ce jour la elle portait cette sublime manucure. Je m’en suis donc inspirée pour la détourner aux couleurs des motifs aztèques. Je ne vous détaille pas la méthode, elle le fait très bien dans son article.

Vous noterez que le rendu est très différent, et pour cause, n’ayant pas de pinceau de détail (Père-Noël de juin, si tu m’entends), j’ai testé la manucure au marqueur… au gros marqueur. Je ne vous conseille pas cette méthode car même après une heure se séchage, le top coat le fait baver. Je ne saurais pas vous dire si ça vient de mon marqueur, du seche vite, ou si c’est normal. Deuxième bémol, ce verni Mavala spécial french (je ne trouve pas son nom) ne correspond pas du tout à ma couleur de peau. Je suis donc à la recherche d’un nouveau nude ! Assez de mots, place aux photos !


Les responsables Kiko, dans le sens des aiguilles d’une montre en partant de 13h30 : 386, 340, 359, 281, 343 et 338.

Pardonnez moi ce titre, étant à cours d’inspiration j’ai demandé son avis à Chouki… « French Aztèque… French à steak… Français à steak… Français à viande !!! » … le cerveau masculin d’un futur diététicien en train de regarder le foot n’est PAS une bonne source d’inspiration.

Un galon de velours sur Fantasy Ocean

Je vous présente une petite trouvaille de chez H&M, elle porte le nom de Fantasy Ocean et peut être à vous pour 2€95. Difficile de capturer sa couleur par photo. C’est un vert jade perlé, qui laisse apparaître à la lumière du jour de magnifiques reflets à la fois bleutés et dorés. J’ai eu un vrai coup de coeur pour ce petit flacon. Les photos ont été prises à l’extérieur, mais sur la plupart d’entre elles, il parait beaucoup plus bleu qu’il ne l’est. Celle-ci est certainement la plus fidèle à la réalité, et encore.

Pour mettre en valeur son côté chic et doré, je lui ai ajouté des bandes de verni noir matifié grâce au verni Kiko 3 en 1 mat. J’ai ensuite fait des petits dessins au verni noir brillant, et collé un stripper doré. Réaction de ma maman passionnée de couture « Le noir mat ça fait très velours ! On dirait un galon ! J’adore les galons, tu me feras ça ? »

Sur cette avalanche de photos (bien moins vertes que la réalité) je vous laisse profiter de ce magnifique soleil, pour moi ce sera peinture ! Et oui, j’ai un meuble à vous présenter bientôt !